Socialearning - le blog

socialearning - Surfer sur la vague ou plonger au coeur des problèmes ?Devant l’obligation d’innovation qu’ont les entreprises dans le monde actuel, le développement du capital humain est devenu la dernière frontière, l’ultime levier dont elles disposent.

Actuellement, le mantra repris par tous est « le partage des savoirs ». Génial, évident, tellement simple !  La solution est le collaboratif, l’outil sera le 2 .0.

Oui, développer le capital humain, c’est développer de nouvelles formes de collaboration, d’apprentissage : organisation apprenante, social learning, entreprise collaborative, entreprise en réseau.

Mais pour dépasser l’effet de mode, pour aller plus loin que la bulle actuelle du 2.0, avant de vouloir transférer ces problématiques dans l’espace virtuel, il faut se poser les bonnes questions. Que met-on derrière les mots partage et savoirs ?

Le partage n’est pas une question d’outils, c’est une question de culture, de culture partagée par l’ensemble de l’organisation. La question des savoirs, c’est mettre dans le radar des organisations la question des apprentissages professionnels informels, c’est aussi se poser la question de l’articulation entre savoirs et compétences.

On ne décrète pas le partage, on ne pilote pas les apprentissages informels. Mais on peut créer des écosystèmes fertiles à leur développement. Notre équipe, a développé une approche qui combine une tripe dimension : organisation, communication, apprentissage.

Pour que l’entreprise collaborative soit synonyme d’intelligence collective, il faut associer:

  • Les facteurs macro: l’organisation et son management doit intégrer de nouveaux comportements nécessaires pour une mutualisation des savoirs qui caractérise une communauté de travail.
  • Les facteurs méso: les groupes de professionnels doivent pouvoir communiquer et échanger sur leurs pratiques afin de développer des compétences collectives.
  • Les facteurs micro: les modalités d’apprentissages informels doivent être identifiées et révélées pour pouvoir les transformer et les développer en compétences.

Ces trois dimensions sont représente une modélisation du fonctionnement de votre entreprise. Une modélisation, qui avec ses axes de progrès possible, permet de développer durablement les compétences individuelles et collectives de vos collaborateurs. Une modélisation qui s’articule sur un triple questionnement :

  • Quand votre entreprise apprend des apprentissages informels de ceux qui la composent, qu’est ce que cela change sur votre management et votre organisation ?
  • Quelles sont les conditions d’un mode de communication efficace pour créer, développer et faire perdurer une communauté professionnelle ?
  • Quelle est la reconnaissance et la médiatisation des apprentissages de vos personnels acquis en situation de travail en dehors de tout cadre formel?

La voie d’une organisation plus performante qui crée du sens et de la valeur pour tous ses membres mérite que l'on se pose les bonnes questions... Et que l'on ait la volonté d'y répondre.

Recherche

Derniers Articles